twitter
rss

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites

Nouvelles | 150 pages | 10,00€ | format: 135/215 mm  (Bon de commande)

Extrait :

 

Extrait :

Enfin l’épicerie a ouvert ses portes ce matin après un mois de travaux. Quand je dis épicerie, c’est plutôt une grande épicerie, une supérette comme le disent les gens à la porte en discutant de la nouveauté du quartier. Cela met de l’animation, surtout que depuis un mois donc, il fallait aller en ville pour faire ses courses. Cela va changer les habitudes. L’épicerie était bien, on trouvait de tout, ou presque. Mais ils ont pris leur retraite, alors quelqu’un a racheté pour faire plus grand. (suite…)

Extrait :

Le dernier livre du premier rayon était enfin posé sur la pile quand le vieux Joseph fit irruption dans la pièce en vociférant. De le voir ainsi, je ne savais pas si il fallait rire ou avoir peur. J’optais pour la seconde solution, quand il saisit le balai en s’approchant à toute vitesse de moi. J’avais de la chance. Les livres, même s’ils tenaient en équilibre, faisaient rempart entre lui et moi. (suite…)

Extrait :

Je suis passé en l’espace de deux secondes de l’état de mari à père et … veuf. Victor est né en prenant ton dernier souffle. Tu n’auras même pas eu le temps de le prendre dans tes bras, de sentir son odeur, de lui caresser les cheveux. Tu n’aurais pas pu de toute façon. Tu es partie trop tôt, trop vite, sans me prévenir, sans un petit signe de la main, sans un mot, discrètement comme à ton habitude. Je hais les habitudes. Je garderai l’esquisse d’un sourire au fond de ma mémoire, celui qui m’a fait craquer la première fois que je t’ai vue. La joie d’avoir un enfant est vite étouffé par la tristesse de perdre sa femme. Sur le bulletin paroissial, les deux annonces se suivront et renforceront mon désarroi. (suite…)